16 Premières mondiales

20. septembre 2014


Svenskjävel / Underdog

Ronnie Sandahl (Suède, Norvège, 2014)

Ana "Dino" Dinovic rêve d'une vie meilleure. Comme tant d'autres Suédois, cette fille d'immigrés au chômage a tourné le dos à son pays d'origine et tente maintenant sa chance en Norvège, le pays voisin. A Oslo, elle vit de petits boulots et fait la fête toutes les nuits. Steffen, père de famille, doit lui aussi prendre un nouveau départ: dans la capitale norvégienne, cet ancien champion de tennis se lance dans les sushis. Depuis que sa femme vit à l'étranger pour son travail, il est complètement débordé par l'éducation de ses deux filles. Jusqu'à ce que Dino fasse irruption dans sa vie et lui propose ses services de nounou. L'insouciante Suédoise ravit bientôt le cœur des deux enfants, mais aussi celui de Steffen. Et ce dernier ne parvient bientôt plus à cacher son attirance pour la jeune femme de 20 ans sa cadette… Quelle vie doit-on mener? Telle est la question posée par le premier film de Ronnie Sandahl, un drame sans âge sur l'amour, la vulnérabilité et la recherche d'un sens à sa vie.

Der Vampir auf der Couch / Therapy for a Vampire

David Ruehm (Autriche, Suisse, 2014) 

Vienne, 1930. Le Dr Sigmund Freud a un nouveau patient: le Comte Geza de Közsnöm, un homme dans la fleur de l’âge en séjour à Vienne avec son épouse Elsa pour bénéficier des traitements du célèbre professeur. Dégoûté de la vie, il en a surtout assez de sa femme, qui se lamente sans cesse de ne pas voir son reflet dans le miroir. Ne soupçonnant pas que le comte et sa femme sont des vampires, Freud présente son mystérieux patient au jeune peintre Viktor, censé faire le portrait d’Elsa. Mais quand le comte fait la connaissance de Lucy, l’amie de Viktor, il en tombe éperdument amoureux. Guéri de sa dépression, il voit en elle l’amour de sa vie et est fermement déterminé à en faire une immortelle… Une comédie vampirique inspirée du "Dracula" de Bram Stoker.

Posthumous

Lulu Wang (Allemagne, États-Units, 2014)

La valeur, sur le marché, des œuvres de Liam atteint des sommets lorsque l’artiste décide de simuler sa mort. Mais, incapable de ne pas savourer son heure de gloire, il fait irruption au vernissage de sa rétrospective à Berlin. Liam rencontre alors la journaliste McKenzie, aussi charmante que curieuse, et lui cache sa véritable identité: il se présente comme son propre jumeau. Intelligente, la jeune femme le perce à jour, mais elle décide tout de même de jouer le jeu. Ensemble, les deux menteurs découvrent la véritable valeur de l’art, de la beauté et de l’amour. POSTHUMOUS jongle habilement avec les éléments de la comédie romantique et loufoque classique. Une ode à la vie et à l’amour.

Freifall - Eine Liebesgeschichte / Freefalling - A Love Story

Mirjam von Arx (Suisse, Allemagne, 2014)

"La semaine où Herbert et moi nous rencontrons, j'apprends que j'ai un cancer. Coup de foudre, nous voulons passer le reste de notre vie ensemble. Trois mois plus tard, il est mort. Herbert était un base jumper. Son décès, en plein pendant ma chimiothérapie, me déboussole complètement. Comment peut-il jeter ainsi sa vie en l'air alors que je me bats pour la mienne? Cherchant des réponses à mes questions, j'accompagne Andreas, le meilleur ami de Herbert et son coach de base jump, sur le lieu de l'accident. Dans la vallée de Lauterbrunnen, Death Valley de la Suisse, je reviens peu à peu à la vie." (Mirjam von Arx)

By the Gun

James Mottern (États-Units, 2014)

Nick Tortano évolue depuis son plus jeune âge dans les milieux criminels de Boston. Fils aîné d'immigrés italiens ne trouvant auprès de son père que du rejet, il se tourne vers une "meilleure" famille: la mafia. Graine de gangster plein d'ambition, il gravit rapidement les échelons et se taille une place de choix dans le clan. Mais il doit se rendre à l'évidence: l'organisation ne mérite plus sa réputation depuis déjà belle lurette. Lorsque Nick tente de prendre lui-même les choses en main, le danger guette au coin de la rue… pour lui comme pour son entourage tout entier.

Padrone e Sotto

Michele Cirigliano (Suisse, 2014)

Tricarico, dans le sud de l’Italie. Qui boit, gagne. Qui reste sobre, perd. Voilà ce qu’a compris le réalisateur Michele Cirigliano, enfant, du jeu de cartes et d'alcool "Padrone e Sotto", en observant les vieux du village y jouer dans un bar. Pendant que la bière coule à flots et que les esprits s’échauffent, il essaie de comprendre, 30 ans plus tard, ce qui l’a autant troublé dans son enfance: où se situent les frontières entre jeu et réalité? Ces hommes jouent-ils pour le plaisir ou sont-ils sérieux lorsqu’ils se mettent à s’agresser verbalement? Dans PADRONE E SOTTO, il n'est pas seulement question du plaisir à être entre amis. Le film sonde la société masculine fermée du Sud et analyse les rapports de force finalement universels.

The True Adventures of Raoul Walsh

Marilyn Ann Moss, Joel Bender (États-Units, 2014)

Raoul Walsh comptait parmi les réalisateurs les plus influents du cinéma hollywoodien classique. En effet, son œuvre réunit plus de 150 films de genres différents. Sur la base de textes issus de la biographie de Marilyn Moss, mais aussi grâce à de nombreuses photos et vidéos tirées des archives personnelles de Walsh, THE TRUE ADVENTURES OF RAOUL WALSH dépeint l’existence incroyable du cinéaste, sur et en dehors des plateaux de tournage. Sa vie reflète l’histoire même d’Hollywood et fascine sous des airs de conte mais aussi de romance touchante.

11:23 - 09: 59 (Projekt Angst)

Stefan Jäger, Luca Ribler (Suisse, Allemagne, 2014)

Peu avant d'obtenir leur diplôme, six apprentis acteurs prennent la direction des Alpes suisses. But de leur excursion: affronter leurs peurs au cours d'une nuit dans une fortification souterraine. Au début, le groupe plaisante sur la ressemblance avec le PROJET BLAIR WITCH, mais le jeu devient bientôt une véritable mise au défi pour tous les participants… Ce film d'horreur à petit budget, réalisé par Stefan Jäger, nous entraîne dans le monde sombre et inhospitalier du Réduit national, impressionnant système de défense dont la construction a commencé dès avant la Première Guerre mondiale.

Ulrich Seidl - A Director at Work

Constantin Wulff (Suisse, Autriche, Allemagne, 2014)

Le portrait vidéo présente le réalisateur autrichien Ulrich Seidl à la tâche. La "méthode Seidl", qui fait débat, est dans ce contexte très bien illustrée: la caméra suit Seidl sur le tournage de son dernier film IM KELLER et l’observe lors des répétitions de sa nouvelle pièce de théâtre "Böse Buben/Fiese Männer". Combiné à des entretiens détaillés ainsi qu’à des extraits d’œuvres plus anciennes, le film brosse le portrait d’un artiste d’exception fascinant.

Northmen: A Viking Saga

Claudio Fäh (Suisse, Allemagne, Afrique du Sud, 2014)

Mis au ban par leur roi, une horde d’intrépides Vikings met le cap sur l'Angleterre. Asbjörn et ses hommes espèrent y trouver le trésor de l'abbaye de Lindisfarne. L'or leur permettrait ainsi de se libérer du joug du roi. Or, la troupe se fait surprendre par une tempête en haute mer, et leur drakkar fait naufrage sur les côtes écossaises. Leur unique chance de survivre dans cette contrée hostile est de rejoindre, bien loin, la forteresse viking de Danelaw. Dans leur périple à travers les Highlands, les Vikings s'emparent de Lady Inghean, la fille du roi écossais Dunchaid. Quand le souverain déploie sa cruelle armée de mercenaires, crainte dans tout le pays, à la poursuite des ravisseurs, une chasse à l'homme commence alors.

Die Demokratie ist los!

Thomas Isler (Suisse, 2014)

L’Europe fait face à la crise. Les partis politiques d’extrême droite adoptent de plus en plus un ton anti-européen, anti-islamique et nationaliste, faisant l'éloge d’un pays qui n’aurait commis aucune erreur: la Suisse et sa démocratie directe. Pourtant, cette même démocratie directe se heurte à ses limites. Les modifications de la constitution votées par le peuple, notamment les initiatives contre la construction de minarets ou pour le renvoi des criminels étrangers, vont à l’encontre même des principes de base stipulés dans les conventions relatives aux droits de l’homme et reconnus à l’international. Le film lance le débat sur la démocratie directe dans nos pays voisins que sont l’Autriche, l’Allemagne et la France, mettant en lumière les expériences de notre pays face aux limites de ce système politique. Parallèlement, le documentaire aborde la question de savoir ce qui définit fondamentalement le peuple suisse. En effet, ce dernier s’avère beaucoup plus hétéroclite que ne le laissent entrevoir les politiques.

Children of the Arctic

Nick Brandestini (Suisse, 2014)

L’Alaska, où le paysage de prairie semble rude et où le ciel s’étend à l’infini. Quelques rennes paissent au loin. Un coup part, bref, sourd. Samuel, 14 ans, tranche la tête de l’animal mort avec un couteau et commence à l’étriper. La chasse et la pêche à la baleine font partie de la culture des Iñupiat, les autochtones d’Alaska, depuis des générations. Mais l’héritage de cette petite communauté est menacé par la modernité, qui a déjà rattrapé les plus jeunes. D’un côté, on souhaite conserver les traditions et l’esprit d’union, mais de l’autre, on ressent le besoin d’apprendre et de se démarquer de la communauté. Le réalisateur zurichois Nick Brandestini dresse le portrait de cinq adolescents Iñupiat, âgés de 14 à 18 ans, tout au long de leur passage à l’âge adulte et se fait le témoin d’une culture presque oubliée et d’un lieu où la glace et la neige déterminent le quotidien des habitants.

Dark Star - HR Gigers Welt / Dark Star - HR Giger's World

Belinda Sallin (Suisse, 2014)

Qui se cache derrière le créateur du célèbre ALIEN? L’artiste HR Giger a su donner vie à des créatures à la fois effrayantes, effarantes et étrangement esthétiques. Il a élu domicile dans les endroits que nous fuyons; il a fait de nos peurs son terrain de jeu. Il a fait remonter à la surface ce que nous avons préféré enfouir. Il a cartographié nos cauchemars, modelé les peurs primitives de l’être humain. Pourtant, Giger n’a pas façonné cet univers de l’épouvante par plaisir. C’était tout simplement plus fort que lui. L’homme attachant, humble et drôle est ainsi parvenu à brider ses propres peurs. HR Giger vivait, au cœur de Zurich, dans un univers parallèle isolé, hors du temps. Derrière ses persiennes fermées, les frontières entre le jour et la nuit se mêlaient. La réalisatrice Belinda Sallin sonde, dans DARK STAR, le cosmos fascinant d’HR Giger, brossant le portrait d’un artiste d’exception.

Zu Ende Leben

Rebecca Panian (Suisse, 2014)

Il est si simple de planifier sa vie et de refouler la mort. Alors que consommation et agitation règnent en maîtres dans la société moderne, se confronter avec la perte et le deuil constitue un tabou. Et la réalisatrice Rebecca Panian entend le rompre. Pour son film ZU ENDE LEBEN, elle a accompagné pendant plusieurs mois Thomas, 51 ans, atteint d’une tumeur au cerveau. Elle a de plus prié de nombreuses personnalités suisses, issues entre autres de la culture, des médias, de la médecine et de la religion, de réfléchir à la mort. Le témoignage de Thomas et les réflexions des autres protagonistes, dont Franz Hohler, Pedro Lenz et Kurt Aeschbacher, s’assemblent en un patchwork impressionnant. Un film qui parle de la mort, certes, mais déborde de vie.

Capital C

Jørg M. Kundinger, Timon Birkhofer (Allemagne, États-Units, 2014)

Comment le financement participatif fonctionne-t-il? Que cache ce nouveau phénomène de l’ère Internet? Zach Crain conçoit des isolants en tricot pour les bouteilles. Brian Fargo développe des jeux vidéo. Jackson Robinson illustre un nouveau jeu de cartes. Des activités des plus diverses, certes, mais toutes présentent un point commun: elles sont nées grâce au financement participatif. CAPITAL C brosse le portrait de ces aficionados du crowd-funding, qui nous racontent les opportunités et les risques que présente cette révolution dans le financement de projets en tous genres ainsi que la manière dont ils impliquent les clients dans le processus de production.

Der Kuckuck und der Esel / The Cuckoo and the Donkey 

Andreas Arnstedt (Allemagne, 2014)

Conrad Weitzmann n’est pas vraiment un auteur à succès. Il est pourtant convaincu que le monde doit découvrir l’histoire d’amour de ses parents. Dix ans plus tôt, après la mort de sa mère, il commence la rédaction du scénario "Der Orangenhain" (l’orangeraie). Et son projet semble vraiment convaincre Stuckradt Halmer, rédacteur pour la télévision. Mais après cinq ans rythmés par des échanges d’e-mails et de multiples modifications, Conrad reconnaît que son projet n’avance pas et qu’il doit prendre le taureau par les cornes. Il prend alors une décision lourde de conséquences: avec l’aide de son père Ephraim, il kidnappe Halmer et l’enferme dans sa cave. Mission: terminer ensemble le script. Pourtant, l’otage de Conrad ne semble jamais avoir entendu parler du scénario…
Avec une bonne dose d’humour noir, DER KUCKUCK UND DER ESEL nous plonge dans le labyrinthe rocambolesque de l’univers télévisuel allemand, où nombre de réalisateurs talentueux, mais aussi quelques fanatiques, se noient.

 

www.zff.com/fr/programm


arrière