Golden Icon Award: Sean Penn

Avec le Golden Icon Award, le Zurich Film Festival rend honneur à une personnalité ayant marqué de manière durable le cinéma au cours de sa carrière et devenue l’icône de toute une génération. 

Au fil de sa carrière longue d’une trentaine d’années, Sean Penn, double vainqueur de l’Oscar®, est devenu une icône du cinéma américain.

Jusqu’ici, il s’est vu nominé 5 fois pour cette distinction avec LA DERNIÈRE MARCHE, ACCORDS ET DÉSACCORDS et SAM, JE SUIS SAM, entre autres, remportant le très prisé Academy Award® pour la première fois en 2004 suite à son excellente prestation dans le drame signé Clint Eastwood MYSTIC RIVER.

En 2009, il remporte son deuxième Oscar® dans la catégorie Meilleur acteur pour son rôle principal dans HARVEY MILK de Gus Van Sant, dans lequel il incarne un militant homosexuel américain. Cette prestation lui a également valu la distinction de meilleur acteur décernée par la Screen Actors Guild, le New York Film Critics Circle et la Los Angeles Film Critics Association.

S. Penn obtient également le prix d’interprétation masculine à Cannes pour son rôle dans SHE’S SO LOVELY ainsi que l’Ours d’argent du meilleur acteur à Berlin pour sa prestation dans LA DERNIÈRE MARCHE. A l’occasion festival de Venise, il est également élu meilleur acteur pour ses rôles dans HOLLYWOOD SUNRISE et 21 GRAMMES.  

S. Penn fait ses débuts de réalisateurs en 1991 avec THE INDIAN RUNNER, se chargeant aussi du scénario et de la production. En 1995, il met en scène et produit CROSSING GUARD d’après son propre scénario. THE PLEDGE, son troisième travail de réalisation/production, constitue l’adaptation tant attendue du roman de Dürrenmatt « La promesse », avec Jack Nicholson. Il est alors inscrit dans la liste des dix meilleurs films de 2011 par le National Board of Review. En outre, Sean Penn écrit et met en scène la contribution américaine au film épisodique 11'09’'01 – SEPTEMBER 11.

INTO THE WILD, son quatrième long-métrage en tant que scénariste, réalisateur et producteur, une adaptation du roman du même nom signé Jon Krakauer, a récolté les louanges des critiques lors de sa Première au festival Telluride ainsi qu’au festival de Toronto en 2007, comptant parmi de nombreux classements des dix meilleurs films pour l’année 2007.

Outre son activité sur le grand écran, Sean Penn se produit sur scène également dans des pièces comme « Girl on the Via Flaminia » d’Alfred Hayes et « Earthworms In Los Angeles » d’Albert Innauratos. A Broadway, S. Penn a joué dans les créations de Kevin Heelan « Heartland » et de John Byrne « Slab Boys ». Il s’est également produit au Westwood Playhouse dans « Hurylburly » et au Lincoln Center dans « Goose and Tom Tom », deux pièces mises en scène par l’auteur David Rabe. Aux côtés de Nick Nolte et de Woody Harrelson, Sean Penn est également apparu dans la pièce « The Late Henry Moss », une mise en scène signée Sam Shepard, vainqueur du prix Pulitzer.

Loin des strass et des paillettes, Sean Penn est connu pour son incroyable engagement humanitaire qui a offert une meilleure vie à nombre de personnes en détresse. En effet, il est accouru à la Nouvelle-Orléans pour aider les naufragés de l’ouragan Katrina et à Haïti suite au tremblement de terre. En janvier 2010, S. Penn crée la J/P Haitian Relief Organization, qui s’engage dans les domaines de l’aide médicale, de la protection et du transfert de la population. Son organisation exploite, en collaboration avec l’Organisation internationales pour les migrations de l’ONU, le plus grand camp de Port-au-Prince et organise les transferts d’urgence au sein du pays.

Sean Penn recevra personnellement le Golden Icon Award le 28 septembre au cinéma corso 1 (20:30h). Le Zurich Film Festival diffusera en l’honneur de cet acteur, réalisateur et producteur incroyable une sélection de ses films dans le cadre d’une rétrospective. 

Career Achievement Award: Alejandro Gonzalez Inarritu

Alejandro González Iñárritu est le premier réalisateur mexicain à recevoir le Prix de la mise en scène au festival de Cannes ainsi qu'une nomination aux Oscars dans la catégorie Meilleur réalisateur. Ses histoires, qu'il raconte souvent à l'aide d'épisodes entremêlés, abordent le rôle du hasard et l'ambivalence de la vie.  

Né en 1963 à Mexico, A. G. Iñárritu étudie tout d'abord le théâtre auprès du réalisateur mexico-polonais Ludwis Margules, avant de se lancer lui-même dans la mise en scène. Il travaille plusieurs années en tant que producteur pour la radio et télévision mexicaine et fonde, en 1991 à l'âge de 28 ans, sa propre entreprise de production Zeta Film, avec laquelle il lance de nombreux films publicitaires et télévisés, dont le moyen-métrage DETRAS DEL DINERO, qu'il dirige également.

Le rôle du hasard

La carrière internationale d'A. G. Iñárritu décolle en 1999 avec son premier film AMOURS CHIENNES, qui fait fureur au festival de Cannes et vaut au réalisateur une nomination aux Oscars. Le film, qui attire pour la première fois l'attention sur Gael García Bernal, se déroule à Mexico et brosse le portrait de trois individus dont les vies se croisent suite à un accident de voiture. En 2002, A. G. Iñárritu participe, avec onze autres réalisateurs, au projet 11’09’’01 – SEPTEMBER 11. A cette occasion, il croise le chemin de Sean Penn, une rencontre qui débouche sur une collaboration: dans son deuxième film 21 GRAMMES, S. Penn incarne un professeur de maths malade qui attend une greffe de cœur et finit par l'obtenir suite à un accident de voiture fatidique, comme dans AMOURS CHIENNES.  Il s'agit d'un enchaînement de hasards et de leurs répercussions sur la vie des protagonistes.

Mondialisation et ambivalence de la vie

Avec son troisième film BABEL, présentant entre autres Cate Blanchett et Brad Pitt, A. G. Iñárritu poursuit son étude sur l'association d'événements fortuits, mais s'étend cette fois sur trois continents dans quatre périodes différentes. BABEL vaut à A. G. Iñárritu le Prix de la mise en scène à Cannes pour la deuxième fois. Quant à sa compilation de courts-métrages CHACUN SON CINÉMA, réalisé à l'occasion du 60ème anniversaire du festival de Cannes,  il dirige le film ANNA qui raconte l'histoire d'une femme sourde-muette allant au cinéma. Dans son dernier film BIUTIFUL, qui a fêté sa Première suisse lors du 6èmeZurich Film Festival, A. G. Iñárritu se sépare de son style épisodique unique mais reste, lorsqu'il brosse le portrait de l'entrepreneur des bas-fonds Uxbal, aussi charmant que douteux, fidèle à l'un de ses thèmes favoris: l'ambivalence de la vie mondialisée (dans une grande ville).

Alejandro González Iñárritu recevra personnellement l'Œil d'or le xx.10. En l'honneur du réalisateur et scénariste, le Zurich Film Festival diffusera une rétrospective composée de quatre films.


A Tribute to ... Paul Haggis

Paul Haggis s'est fait un nom en tant que réalisateur, mais surtout en tant que scénariste. Il a largement contribué à la victoire d'un Oscar deux fois d'affilée: en 2005 pour le scénario du film de boxe MILLION DOLLAR BABY, et l'année d'après pour la rédaction et la réalisation du drame épisodique CRASH. 


Paul Haggis Portrait

Démarrage avec shows et séries télévisés

La carrière de P. Haggis, né en Ontario (Canada) en 1953, n'a pas immédiatement démarré au cinéma. En effet, pendant une vingtaine d'années, il travaille en tant que scénariste, réalisateur et producteur pour différents formats TV, dont la série à succès d'ABC « Génération Pub » (1987-1991) ou l'émission « The Tracey Ullman Show ». En 1996, P. Haggis initie et rédige la série culte de l'époque sur la mafia « EZ Streets » (1996-1997) qui, malgré sa courte diffusion, fixe de nouveaux standards et rend brusquement célèbre P. Haggis à Hollywood. Les séries à succès ultérieures comme SOPRANOS ou THE WIRE ne sont que deux exemples de productions inspirées par l'œuvre de P. Haggis.

Analyse des émotions humaines

P. Haggis fait ses débuts sur le grand écran avec son premier film RED HOT (1993), l'histoire de quatre adolescents russes qui tentent, en 1959, de former le premier groupe de Rock’n’roll de l'Union Soviétique. Huit ans plus tard, P. Haggis revient avec plusieurs projets: il adapte tout d'abord les nouvelles de boxe signées F.X. Tools « Rope Burn » pour en faire le film MILLION DOLLAR BABY (2004), qu'il voulait à l'origine tourner lui-même jusqu'à ce que Clint Eastwood participe au projet. Ce film sportif à première vue conventionnel raconte l'histoire tragique d'une boxeuse et de son entraîneur et convainc par sa finesse contournant les clichés du genre. La collaboration fructueuse avec C. Eastwood se poursuit ensuite avec LETTERS FROM IWO JIMA et FLAGS OF OUR FATHERS (2006). Entre-temps, P. Haggis réalise son grand succès CRASH (2004), un drame épisodique provocant sur les préjugés et le racisme actuels à Los Angeles. Le film est récompensé par trois Oscars dans les catégories meilleur film, meilleur scénario et meilleur montage. 

Flirt avec le film d'action

La même année, P. Haggis compte parmi l'équipe de scénaristes du nouveau James Bond, le fort attendu CASINO ROYALE. Un travail réussi qu'il poursuit en 2008 avec QUANTUM OF SOLACE. Dans son troisième film pour le cinéma, le thriller IN THE VALLEY OF ELAH, P. Haggis raconte la disparition mystérieuse d'un soldat américain revenu d'Irak. Pour terminer, il réalise son dernier projet en date, le thriller d'action THE NEXT THREE DAYS, avec sa propre entreprise de production Highway 61.   

Paul Haggis recevra personnellement le prix A Tribute To... le 1er octobre. En l'honneur du réalisateur et scénariste, le Zurich Film Festival diffusera une rétrospective de ses principaux films.