Jury compétition internationale du documentaire

 

Jennifer Fox, réalisatrice, productrice et caméraman

Jennifer Fox

Jennifer Fox est demandée sur le plan international pour ses travaux de réalisatrice, de productrice et de caméraman. Son premier film BEIRUT: THE LAST HOME MOVIE est diffusé dans plus de 20 pays et récompensé par plusieurs prix, dont le Grand prix du jury dans la catégorie documentaire au Festival Sundance en 1988. La série UNE HISTOIRE D’AMOUR EN AMÉRIQUE, pour laquelle elle joue le rôle de productrice, réalisatrice et caméraman, s’est classée parmi le top ten des séries télévisées de l’année dans le « New York Times » et d’autres publications en 1999. La série en 6 épisodes FLYING CONFESSIONS OF FREE WOMAN célèbre sa Première mondiale en 2006 au Festival international du film documentaire à Amsterdam (IDFA). Elle produit, pour la télévision sud-africaine, PROJECT TEN: REAL STORIES FROM A FREE SOUTH AFRICA. Sa récente œuvre MY REINCARNATION, retraçant l’histoire d’un maître tibétain en exil avec son fils, lui a coûté plus de 20 ans de travail. 

Mark Lewis, réalisateur, scénariste, producteur

Mark Lewis

Mark Lewis, né à Sydney, débute une formation de réalisateur à l’Australian Film School après ses études en économie. Il influence le sous-genre du documentaire humoristique sur la nature et met en évidence, dans ses films, les relations complexes et amusantes entre l’homme et l’animal. Grâce à sa marque de fabrique – l’exposition des faits doublée d’ironie – il pousse le spectateur à réfléchir à son attitude face aux petits et aux grands animaux. Il se consacre également à l’une des créatures les plus singulières: l’être humain. Il se fait connaître du public avec des documentaires comme CANE TOADS: AN UNNATURAL HISTORY (1998), THE WONDERFUL WORLD OF DOGS (1999) et THE NATURAL HISTORY OF CHICKEN (2000). Ses œuvres lui ont valu de nombreux prix dont trois Emmys, un British Academy Award ainsi qu’une nomination au Directors Guild of America.

Chris Paine, réalisateur et producteur

Chris Paine

L’Américain Chris Paine – co-fondateur de Mondo-tronics, qui a équipé la mission sur mars Pathfinder de la NASA avec des robots et initié le service Internet Outfitters – attire l’attention en 2006 avec le documentaire WHO KILLED THE ELECTRIC CAR?. Le film raconte le développement de voitures électriques en Californie et l’échec du projet. C. Paine a précédemment produit les documentaires de Mark Neale ASTER (sur le MotoGP, 2003) et NO MAPS FOR THESE TERRITORIES (sur l’auteur de science-fiction William Gibson, 2000). Il assiste également Michael Tolkin pour son film LE NOUVEL ÂGE (1994). Il prévoit, pour 2011, de réaliser REVENGE OF THE ELECTRIC CAR et CHARGE!, un film sur une course de motos électriques sur l’île de Man. Au cours des derniers mois, C. Paine a créé le projet « Narrative War Room », relatant la catastrophe pétrolière survenue dans les Etats du sud. 

Nenad Puhovski, réalisateur et producteur

Nenad Puhovski

Né en 1949 à Zagreb en Croatie, Nenad Puhovski étudie la sociologie et la philosophie et, parallèlement, la réalisation au cinéma et à la télévision. Adolescent, il reçoit déjà de nombreux prix, le premier lui étant décerné alors qu’il a 15 ans. Dans ses documentaires DEAD HARBOUR (1976) et BORDERLINE OF HUNGER (1994), il met l’accent sur les problèmes sociaux. L’un de ses autres thèmes fétiches est les arts visuels, qu’il présente entre autres dans IN QUEST OF SUTEJ (1981). En 1996, N. Puhovski fonde Factum, qui se transforme rapidement en coopérative croate pour le documentaire très influente. Il crée en 2004 le ZagrebDox, un festival unique pour le documentaire. N. Puhovski est également fondateur et directeur du programme de Master réalisation et production de films documentaires à l’Academy for Drama Arts de Zagreb et est très demandé comme membre de jury dans le monde entier. En 2009, il reçoit l’EDN Award pour sa vaste contribution au film documentaire en Europe. 

Heidi Specogna, réalisatrice

Heidi Specogna

Née en 1959 à Bienne, Heidi Specogna fréquente l’école de journalisme de Zurich et travaille pour différents médias suisses allemands. De 1982 à 1988, elle étudie à la Deutschen Film- und Fernsehakademie de Berlin. Depuis 2003, elle enseigne le film documentaire à la Filmakademie de Ludwigsburg. L’un des principaux sujets de ses créations est l’Amérique latine. Dans son documentaire TANIA LA GUERILLERA (1991), elle brosse le portrait de Tamara Bunke, combattante contre la guérilla bolivienne. Avec TUPAMAROS (1996), elle aborde le mouvement de guérilla urbaine uruguayen homonyme, qui se transforme en parti politique en 1985. H. Specogna a entre autres reçu le Prix du cinéma suisse, le Coral-Award au Festival Internacional del Nuevo Cine Latinoamericano à la Havane ainsi que le prix Adolf Grimme. En outre, elle a été nominée pour le Prix du cinéma allemand. Elle est membre des Académies du cinéma suisse et allemand.